Recréation : Armide de Lully, révision de Francoeur (1778)

Tragédie lyrique en 5 actes, créée à l’Académie royale de musique à Paris le 15 février 1686
Livret de Philippe Quinault (1635-1688) / Musique de Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
Version de 1778 remaniée par Louis-Joseph Francœur (1738-1804)

Lundi 1er avril 2019 (19h30) – Théâtre des Champs-Elysées
Mercredi 3 avril 2019 (20h) – Arsenal de Metz
Mercredi 8 mai 2019 (20h) – BOZAR de Bruxelles

Après sa création en 1686 le 15 février 1686, Armide, selon la musique de Jean-Baptiste Lully (1632-1687) et le livret de Philippe Quinault (1635-1688) devient le fleuron du répertoire de l’Académie royale de musique, régulièrement repris jusqu’en 1761 avec seulement quelques arrangements des chœurs et des danses. En 1777, Gluck jette un pavé dans la mare et ose remettre intégralement le livret en musique : la démarche, très osée pour l’époque, suscite le scandale. Friande de querelles esthétiques propices à remplir la salle, la direction de l’Opéra demande alors au compositeur Louis-Joseph Francœur de remanier de fond en comble l’ancienne partition de Lully pour la mettre « au goût du jour » et la rendre chantable, jouable et dansable par la troupe et l’orchestre de l’Opéra qui avaient beaucoup changé depuis les années 1760. L’idée de la direction est sans doute de donner en alternance la version de Gluck pour plaire au « Modernes », et celle de Lully remaniée pour plaire aux « Anciens », peut-être dans les mêmes costumes et les mêmes décors… seulement, pour des raisons inconnues, la version Lully-Francœur n’est finalement pas représentée. Aussi, L’Armide de 1778 jouée en 2019 n’est donc pas une recréation, mais une véritable création !

Édité pour l’occasion par le Centre de musique baroque de Versailles, le manuscrit autographe de la partition révèlera toute son originalité grâce à une distribution flamboyante menée par Véronique Gens, qui chantera pour l’occasion sa première Armide.

Hervé Niquet, direction musicale

Véronique Gens, Armide
Reinoud Van Mechelen, Renaud
Tassis Christoyannis, Hidraot, la Haine
Chantal Santon-Jeffery, Phénice, Lucinde
Katherine Watson, Sidonie, une Naïade, un Plaisir
Philippe-Nicolas Martin, Aronte, Artémidore, Ubalde
Zachary Wilder, le Chevalier danois
Chœur et orchestre du Concert Spirituel

Création en version de concert – 3h avec entracte

Centre de musique baroque de Versailles © 2016