Découverte de “La Maison royale de Saint-Cyr”

Dans le cadre de l’opération Monuments en musique du Centre des monuments nationaux, le CMBV donne à nouveau à entendre “La Maison royale de Saint-Cyr” à l’abbaye du Mont-Saint-Michel, le samedi 24 septembre prochain. En compagnie des Pages et des Chantres et de La Rêveuse (dir. Florence Bolton et Benjamin Perrot), le CMBV vous invite à (re)découvrir cette institution au travers des œuvres de Pascal Collasse, Guillaume-Gabriel Nivers et Louis-Nicolas Clérambault !

Saint-Cyr est née de la volonté d’une femme, Françoise d’Aubigné (1635-1719), devenue Madame de Maintenon, et de son secret époux Louis XIV.

La Maison royale de Saint-Louis, fondée en 1686, c’est la revanche de Madame Scarron ; c’est, pour la première fois en France, l’occasion donnée à des filles (de la noblesse désargentée) de recevoir une éducation digne de ce nom, à travers l’étude, notamment, de la musique, de la rhétorique et de la poésie. C’est déjà, en cette fin de XVIIe siècle, la revendication d’une femme en faveur de ses semblables.

Imagine-t-on seulement l’étonnement, la perplexité des contemporains d’Esther et d’Athalie, l’émotion aussi des rares personnes (Saint-Cyr est toujours restée le « Jardin Secret » du Roi) qui ont versé des larmes en entendant des Petites Filles déclamer et chanter les vers de Racine ? Ce même Racine qui a fait des paraphrases en vers d’une lumineuse beauté, des textes parmi les plus célèbres tirés des Épitres de Saint-Paul et du Livre de la Sagesse.

Ces textes ont été mis en musique, notamment, par le disciple le plus talentueux de Lully, Pascal Collasse, et par le surintendant de l’époque, Michel-Richard de Lalande.

C’est à l’écoute de ces merveilleux Cantiques mis en musique par Collasse, ainsi qu’aux musiques célestes et raffinées de Nivers et de Clérambault, autres compositeurs attachés à la Maison de Saint-Cyr, que les Pages & les Chantres du CMBV convient l’auditeur. Ce dernier, nous n’en doutons point, sera comme le vieux Roi Louis XIV, ému aux larmes, par la pureté et la grâce de ces voix juvéniles, proclamant la gloire et la bonté divines, dans une des langues des plus belles, sublimée par la Poésie française, portée au plus haut par les plus excellents compositeurs du Grand Siècle.

Olivier Schneebeli, directeur musical et pédagogique


Mont-Saint-Michel – Abbaye
samedi 24 septembre 2016

En savoir plus / Réserver

Centre de musique baroque de Versailles © 2016