Charpentier – Lully : chefs-d’oeuvre sacrés du Grand Siècle

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704)
Messe à quatre choeurs H4

Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
Miserere LWV25

1670
« Madame se meurt ! Madame est morte ! »
A l’occasion des funérailles d’Henriette d’Angleterre, première épouse de Philippe d’Orléans, « Monsieur », frère du roi, Lully compose son Miserere dont la Marquise de Sévigné rapporte qu’à l’entendre, « tous les yeux étaient remplis de larmes ». Le Surintendant signe là son chef-d’oeuvre qui deviendra, pour plusieurs décennies, le modèle absolu du Grand motet à la française.
C’est à la même époque que Marc-Antoine Charpentier, de retour d’Italie, entre au service de Mademoiselle de Guise, vieille parente du jeune roi. Dans ses bagages, le compositeur alors âgé de 27 ans, apporte une Messe à quatre chœurs, largement inspirée d’œuvres polychorales entendues ou recopiées lors de son séjour romain.
Période assurément féconde que celle où un Florentin crée de toutes pièces le « style français », tandis que son plus talentueux rival, un jeune Français, importe le goût et le génie ultramontains dans notre pays…

Le Chœur de Jeunes de l’Institut Musical de Vendée (Odile Amossé, direction artistique)
Les Pages, les Chantres & les Symphonistes du Centre de musique baroque de Versailles
Direction, Olivier Schneebeli

2h avec entracte

Coproduction Centre de musique baroque de Versailles et Institut Musical de Vendée, dans le cadre du XXe anniversaire de l’Institut Musical de Vendée.
La Messe à quatre choeurs H4 de Charpentier et le Miserere LWV25 de Lully sont édités par le CMBV.

Saint-Laurent-sur-Sèvre - Basilique Saint Louis-Marie Grignion de Montfort
samedi 23 mars 2019

Centre de musique baroque de Versailles © 2016