Pierre-Louis Pollio, Maître de chapelle de la cathédrale de Beauvais

Grands motets de Pierre-Louis Pollio et Joseph Michel

En collaboration avec le projet de recherche de l’IReMus

Les Pages et les Chantres, avec le département de musique ancienne du CRR de Paris (coord. Jean-Christophe Revel)
Direction Olivier Schneebeli


Informations pratiques

19h - Temple du Saint-Esprit, 5 Rue Roquépine, 75008 Paris
Entrée libre

Du maître à l’élève : le Miserere à deux chœurs de Joseph Michel et le Benedictus Dominus Deus de Pierre-Louis Pollio

Natif de Bay-sur-Aube, à une quarantaine de kilomètres de Dijon, Joseph Michel (1679-1736) fut formé à la maîtrise de la collégiale Saint-Étienne de Dijon par Pierre Menault, Joseph Valette de Montigny puis Georges Fauchier qu’il remplace à la tête de la maîtrise en février 1701. En 1709, il quitte ces fonctions pour devenir maître de musique de la prestigieuse Sainte-Chapelle de Dijon au service de laquelle il demeura jusqu’à son décès. Nommé sous-maître de la Chapelle du roi, il décède avant d’entrer en fonction.

Pierre-Louis Pollio (1724-1796) est né à Dijon et a été formé sous la direction de Joseph Michel au sein de la maîtrise de la Sainte-Chapelle de cette ville. Après ses années de formation, Pollio eut un parcours professionnel itinérant, typique des musiciens d’Ancien régime, puisqu’il occupa successivement les postes de maître de musique à Aire-sur-la-Lys (1748), Saint-Fursy de Péronne (fin des années 1740-1751), la Sainte-Chapelle de Dijon (1751-1762), la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais (1762-1767) puis à la collégiale Saint-Vincent de Soignies (1767-1785), renommée pour la très grande qualité de sa « musique ». Nommé chanoine de la collégiale en 1785, il consacre les dernières années de sa vie à copier et mettre en ordre sa bibliothèque musicale et celle de la maîtrise.

Les deux œuvres de ce concert font partie de la bibliothèque personnelle de Pollio qui les a copiées. La Plainte Miserere à deux chœurs de Joseph Michel a été composée à une date inconnue pour la collégiale Saint-Étienne ou la Sainte-Chapelle de Dijon tandis que la copie du Benedictus Dominus Deus de Pollio a été achevée à Beauvais le 5 mai 1764. Leurs effectifs importants, et notamment la présence des dessus instrumentaux (flûtes, hautbois, violons) révèlent qu’il s’agit de pièces composées pour des cérémonies d’importance, la musique relevant de l’ordinaire n’étant accompagnée que des seules basses instrumentales (bassons, violes, violoncelles). Ces deux pièces se caractérisent par leur grande variété d’effectifs qui renouvellent sans cesse la partition ; la grande expressivité musicale et la virtuosité des parties vocales autant qu’instrumentales confirment la très grande qualité des musiciens des prestigieuses institutions qui les ont vu naître.

Paris - Temple du Saint-Esprit
vendredi 16 février 2018

Centre de musique baroque de Versailles © 2016