Hommage à Françoise Escande

image-francoise-escande

Françoise Escande a consacré ses travaux de recherche au répertoire lyrique de la première moitié du XVIIIe siècle et à la figure d’André Cardinal Destouches. Elle était professeure agrégée, chargée de cours à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, où elle avait notamment œuvré pour que le colloque Musique, culture & identités dans les provinces du Sud-Ouest de la France (XVIIe-XVIIIe siècles), porté par Jean-Christophe Maillard, puisse exister en 2016. Elle était également chercheuse associée à l’équipe Lettres, Langages et Arts (EA 4152). Elle a participé activement à la rédaction du Dictionnaire de l’Opéra de Paris sous l’Ancien Régime à paraître chez Classiques Garnier, et dont les deux premiers volumes sont sous presse. Collaboratrice régulière du Centre de musique baroque de Versailles où elle avait été accueillie pour préparer sa thèse, Callirhoé (1712-1743) d’André Cardinal Destouches : genèse et destinée d’une tragédie lyrique au XVIIIe siècle – brillamment soutenue en 2010 à l’Université de Toulouse II-Le Mirail – elle avait par ailleurs entrepris différents travaux, principalement les éditions scientifiques de Callirhoé et d’Issé de Destouches. Aux côtés du Centre de musique baroque de Versailles, elle a permis la recréation en concert et au disque de Callirhoé (Le Concert Spirituel), des Éléments (Les Surprises) et, tout récemment, de Sémiramis (Les Ombres) et d’Issé (Les Surprises), dont elle avait reçu en avant-première les enregistrements ces dernières semaines, et qui l’ont accompagnée jusqu’à la fin. La musique vivante était le vrai moteur de sa recherche, et les musiciens le lui ont bien rendu. Invitée régulière de colloques et de séminaires, plusieurs de ses textes sont en cours d’édition et paraîtront dans les mois à venir, dont un à 4 mains « Destouches et Colin de Blamont, deux Surintendants face à la menace ramiste ». C’est avec une immense tristesse que nous avons appris son décès le 30 mars dernier, alors qu’elle se battait courageusement depuis plus d’un an contre la maladie. Sa curiosité et son enthousiasme au travail ont porté leurs fruits puisque, désormais, « son » compositeur, Destouches, est reconnu à sa juste place par les chercheurs, les musiciens et le public. Pour ceux qui l’ont connu, le sourire de Françoise sera toujours associé à la figure de cet auteur. Elle nous laisse un souvenir rayonnant d’une bonne humeur, toujours positive et communicative.

Les équipes du CMBV

 

Centre de musique baroque de Versailles © 2016