Appel à communication

Souvent contesté et marginalisé par les historiens de la musique et du spectacle, le comique occupe pourtant une place importante sur la scène de l’Académie royale de musique aux XVIIe et XVIIIe siècles. Des premières tragédies en musique de Quinault et Lully aux comédies lyriques de Grétry en passant par les entrées comiques de ballets ou les ballets d’action tirés d’opéras-comiques – pour ne citer que quelques exemples –, on ne peut qu’être frappé par la variété et l’originalité des créations incluant le comique ainsi que par la permanence de leur reprise. Cela sans compter les représentations ponctuelles d’œuvres appartenant à d’autres répertoires (pièces foraines, intermèdes italiens, etc.).

Ce colloque propose d’aborder les enjeux et les modalités de la présence du comique en interrogeant tout autant la question des genres et des styles littéraires, musicaux et chorégraphiques, que celle de l’interprétation et de la réception des œuvres concernées. Quelles sont les différentes formes d’expression du comique sur la scène de l’Opéra ? Quels en sont les modèles et les repoussoirs (opéras italiens, comédies-ballets, production foraine, Comédie-Italienne, Comédie-Française, spectacles de cour…) ? Quelle est la part de l’interprète dans l’élaboration du comique et sa transmission au public ? Quel est son environnement scénographique à l’Académie royale (costumes, décors, machines) ?

Afin de tenter de répondre à ces questions et de susciter des pistes d’analyses, nous privilégierons les aspects liés :

  • à la chronologie des créations et des reprises ;
  • à la confrontation des répertoires et à l’identification des modèles et des repoussoirs ;
  • aux analyses génériques et terminologiques ;
  • aux analyses techniques, stylistiques et esthétiques (poème, musique, danse, scénographie) ;
  • aux études spécifiques de figures emblématiques (poètes, compositeurs, chorégraphes, chanteurs, danseurs) ;
  • à l’interprétation du comique sur la scène de l’Académie royale de musique ;
  • aux interactions avec d’autres espaces de création ou de représentation, et à la diffusion du répertoire concerné dans les provinces et à l’étranger.
  • à la réception du comique ou au détournement comique du sérieux (potentialité comique, parodies, etc.)

Les propositions de communication (titre et résumé d’un maximum de 3.500 signes espaces compris) devront être adressées avant le 15 septembre 2015 par email à Pauline Beaucé (pauline.beauce@u-bordeaux-montaigne.fr) et à Benoît Dratwicki (bdratwicki@cmbv.com). Une publication électronique des communications est prévue à l’issue du colloque.

Direction scientifique : Pauline Beaucé et Benoît Dratwicki
Centre de musique baroque de Versailles – Jeudi 2, vendredi 3 et samedi 4 juin 2016

Centre de musique baroque de Versailles © 2016